Chrystel Wautier

Aux portes du jazz, la Belgique a encore frappé… L’une des qualités principales de ce merveilleux petit pays est que le peuple belge a su puiser et mélanger le meilleur des cultures anglo-saxonnes et latines. Pour ce qui concerne le jazz vocal et l’art de la composition, Chrystel Wautier en est à nouveau l’incarnation.
Avec «The Stolen Book», paru le 6 octobre, Chrystel Wautier nous livre un album magique, intime et introspectif. Une voix céleste déjà coup de cœur d’André Manoukian, qui déclare à son propos : «On a l’impression qu’elle nous chante dans l’oreille, son phrasé est limpide, elle joue la peinture naïve, la retenue. Avec cette fille de pasteur, dernière-née de la lignée des guerrières de la paix, et qui nous vient de Belgique, la vie est simple et gaie nous faisant entrevoir la sérénité».
Petite fille d’immigrés ukrainiens, Chrystel Wautier naît dans la région du Hainaut en Belgique. Son père, pasteur et musicien, l’initie au «Gospel». Elle débute sa carrière à l’âge de sept ans en apprenant le solfège et en jouant du piano classique, puis poursuit une formation de piano «jazz et variété». C’est au cours de l’année 2000 que Chrystel décide de se consacrer pleinement au chant.
«The Stolen Book» est le fruit d’un questionnement qui habite tous les enfants ou petits-enfants issus de l’immigration : d’où viens-je? Nonobstant ses origines ukrainienne, il ne lui était encore jamais venu à l’idée d’aller sur ses terres ancestrales jusqu’au jour où on lui demanda d’aller chanter pour les 25 ans de l’indépendance de l’Ukraine, à l’opéra d’Lviv. Un voyage qui se révèlera bouleversant et le déclencheur d’un long travail dont «The Stolen Book» est l‘aboutissement.
À son retour d’Ukraine, Chrystel Wautier entend par hasard à la radio une auteure parler de ce drôle de phénomène : les voleurs de livres dans les librairies. Les gens n’auraient-ils pas assez accès à la culture ? Ou ne reconnaitraient-ils plus la valeur du travail des artistes ?
«The Stolen Book», ce livre volé donc, devint un autre questionnement à ce point entêtant qu’elle décida d’en faire une chanson qui est également le titre de l’album. «The Stolen Book» raconte en réalité son propre livre volé, caché, le poids d’une immigration qui, trop lourde et traumatisante pour pouvoir en parler, nous est aujourd’hui chantée par Chrystel Wautier.

Share