Chrystel Wautier

Traduction de l’article :
Pour les chanteurs qui expérimentent une forme de jazz pop, Joni Mitchell reste la référence incontournable. Seules Sade, Norah Jones et récemment Melanie De Biasio ont réussi à étendre le domaine avec leurs propres colorations.

Chrystel Wautier réalise cela bien. Depuis ‘Peace Of Time’ (2010) et ensuite avec ‘Before A Song’ (2015), elle prend des précautions dans le même domaine, toujours avec des points de connexion inévitables mais aussi avec sa propre contribution. Et cela va du sentiment de Westcoast et des racines gospel de sa famille (son père était un prédicateur) à une pop douce et sensuelle avec des accents r & b modernes. Viktor Lazlo et Minnie Riperton sont sans aucun doute aussi parmi ses grands exemples.

Le fait qu’elle profite désormais de plus en plus de publicité parmi nos voisins du sud est en partie dû au fait que ses CD sortent sur un label français. Elle joue bien en apportant aussi une chanson d’Alain Souchon («Le Soleil Donne»), mais dans un style custom Wautier.

Nous pourrions établir qu’ils vivent ce répertoire (Jazz Station, 15/11/2017) sait bien et élégante de cadre dynamique mis à l’honneur grâce à ses musiciens réguliers, parfaitement adaptés les uns aux autres. Surtout avec le claviériste Cédric Raymond et le guitariste encore fortement sous – estimés Lorenzo Di Maio dans certaines régions étoiles. Juste le solo Lorenzo dans « My Love And I » de la bande originale du film « Apache » valait la peine.

© Georges Tonla Briquet

Lire l’article (en néerlandais) sur le site de JazzHalo

No comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>